Start-up

Dernière mise à jour : 1 juillet 2019

start-up n.f. inv. :  Jeune entreprise mono-produit s’auto-qualifiant d’innovante, dans le secteur des nouvelles technologies, et qui fera faillite dans les 3 ans1 qui suivent sa création.

Loterie internationale

Curieux esprit de la glorification des start-up, pour lesquelles « l’important [est] de lever [des fonds] et de se faire racheter des millions en créant un modèle disruptif et scalable« 2. Or une start-up fera faillite 9 fois sur 103, ou même pire.

C’est un peu comme le loto : on peut gagner le gros lot, mais rarement, et surtout au prix d’énormes efforts qui la plupart du temps conduiront au chômage.

Un petit exemple

Il y en a plein, mais celui-ci est emblématique car il s’agit d’une entreprise rachetée par Facebook himself, tbh, application quasi-inconnue avant sont rachat fin 20174, devenue phénomène de mode et finalement abandonnée5 en juillet 2018.

En sécurité aussi

La mode start-up touche forcément aussi la sécurité informatique, puisque ça touche toute l’informatique. Voir aussi acqui-hiring.

Bulle internet

Les start-up contribuent, à leur façon, à la bulle internet, ou plutôt aux bulles internet, car elles sont récurrentes (on en a eu dans les années 2000, on en a encore en 2018).

Un article intéressant d’informatiquenews.fr (bien que peu détaillé comme souvent) nous donne les principales raisons de l’échec6 pour une startup :

  • Le produit proposé ne répond à aucune demande du marché… Incroyable, non ? Il ne suffit pas d’être innovant pour vendre. Tout le monde n’est pas Apple qui veut ! Apple est une des rares marques à pouvoir créer du besoin.
  • Le manque de cash. Ce qui rejoint un peu le point précédent : on manque de cash faute de débouché économique, et donc si le modèle économique est pourri, la startup ne s’en relèvera pas.
  • Le 3e est que l’équipe dirigeante n’est pas compétente (ou n’existe parfois même pas). DevOps, c’est bien, mais il faut savoir où aller…

Manque de contrôle

Tout cela ne fait que montrer un manque inquiétant de contrôle sur ce que font les startups : du fait de leur mode de financement, elles échappent aux contrôles habituels de sociétés côtés en bourse (non pas qu’il soit suffisant mais c’est déjà une première sécurité).

Par ailleurs, la technicité des solutions masque souvent la réalité industrielle de l’entreprise : en gros, l’utilisation d’outils informatiques compliqués rend peu visible ce qui se passe vraiment en termes de métier, de produit, de stratégie. Les startups vendent trop souvent du rêve, et vendent un produit qui n’existe pas, qui n’est pas construit ou qui n’est pas au point (et dont, dans certains cas, on en sait pas s’il sera un jour au point).

Escroquerie

Cette opacité peut même conduire (facilement ?) à des escroqueries, comme dans le cas de Theranos7, à côté desquelles l’art moderne est un modèle de probité.