Fake News

Dernière mise à jour : 22 mai 2019

Moi qui suit un ardent défenseur de la langue française, je cède ici car l’expression est trop répandue pour ne pas la reprendre. Et surtout le terme fausses informations n’a pas exactement la même signification ni la même connotation complotiste.

Comment ça se passe

Définition

Commençons par tenter de définir ce que c’est. A mon sens, une fake new est une information fausse ou biaisée présentée comme incontestable, dans le but de manipuler les opinions.

Un exemple

Création de la source (identité)

Plusieurs techniques sont possibles :

  • le piratage pur et simple d’un site d’information ; c’est difficile car il faut s’introduire frauduleusement dans un SI, et risqué juridiquement ;
  • la copie visuelle, un peu moins risquée ;
  • l’usurpation de noms de domaines (prendre un nom de domaine proche d’un site connu) : on a l’embarras du choix avec les nouveaux TLD ;
  • les campagnes de publicité sur des médias reconnus, avec des supports faisant croire à de l’information (genre publi-information, mais avec un but plus clairement malveillant) ;
  • le site ad hoc, créé de toute pièces, avec des rédacteurs produisant du contenu régulièrement

Création du faux contenu

Circular reporting

Un mécanisme courant d’apparition et de crédibilisation d’une fausse information est le circular reporting. Le procédé est le suivant :

  1. Un agent A publie l’information souhaitée, sans source ;
  2. Un agent B (complice du premier ou trompé par celui-ci) publie l’information (toujours sans source) ;
  3. L’agent A reprend alors l’information, mais cette fois en citant l’agent B. La boucle est bouclée.

En fonction de la crédibilité ou de la force d’influence de l’agent B, l’information se diffusera plus ou moins rapidement, mais l’agent A pourra désormais donner son information totalement fabriquée avec une source connue (connue ne veut pas dire forcément fiable).

Wikipédia est souvent utilisé comme « agent A », car il est souvent (trop souvent) repris comme source d’information fiable…

Variante : la source cachée

En journalisme, on demande de croiser ses informations en utilisant plusieurs sources différentes.

Or, notamment avec le web, plusieurs médias réputés peuvent reprendre une information dont la source n’est pas connue du lecteur final. Ainsi, ce dernier souhaitant vérifier l’information, ira sur ces différents médias : il aura l’impression d’avoir plusieurs sons de cloche alors qu’en réalité, ces médias ne font que reprendre la même et unique source.

Ca me rappelle un peu ce que je disais à l’époque sur le Web 2.0, avec les flux RSS fleurissant comme des boutons de sébums chez les adolescents, avec pour résultat de vous renvoyer en 50 exemplaires sur 50 sites différents la même information à la virgule près.

Création des faux documents

Tellement facile de nos jours… L’important pour le manipulateur sera d’avoir quelque chose de crédible mais de qualité moyenne, afin d’empêcher toute expertise ou toute recherche de retouche sur une photo, par exemple. Même les vidéos sont facilement contrefaites…

Le doit de réponse oublié

Autre grand travers dans le domaine de fake news : l’absence de visibilité des droits de réponse. En avril 2019, en période de tension entre l’administration américaine et la société Huawei, une nouvelle tombe sur les téléscripteurs : des backdoors auraient été trouvé(e)s sur des équipements réseau Huawei. Or très peu de temps après, Vodafone Italie (pourtant source annoncée de l’information) dément1 en indiquant n’avoir trouvé qu’un accès telnet2. Ok, utiliser ce protocole en soit pourrait être considéré comme une faille, mais il restait pourtant très courant de s’en servir chez les équipementiers réseau.

Faites une recherche Google et vous trouverez cette nouvelle multipliée à l’infini à la date du 30 avril 2019. Ce qui n’apparaît pas clairement est que cette information ne vient que d’une seule source, Bloomberg, qui a pourtant connu des précédents d’informations douteuses34 avec l’affaire SuperMicro5.

Utiliser une information provenant d’une source unique (Bloomberg), ayant eu des problèmes de crédibilité sur le même domaine de la sécurité informatique, pour établir une opinion et des sanctions économiques me semble problématique.

Et ne pas (ou peu ou pas assez) entendre la réponse (crédible ou pas) de Huawei indiquant que ces faits dataient de plusieurs années en arrière (2011 et 2012), que ces problèmes avaient été corrigés et qu’ils n’auraient pas forcément permis un accès à distance par internet2 est tout aussi perturbant.

Diffusion du contenu

Il est impressionnant de voir qu’il n’est pas utile d’écrire beaucoup pour être lu : en positionnant bien son article, avec une accroche bien faite, quelques lignes et une image spectaculaires suffiront.

Un exemple ? Facile !

Source réelle : thefakenewsgenerator.com/

Le canal privilégié sera les réseaux sociaux, très peu modérés ou contrôlés. Mais l’information ne sera reprise que si elle est issue d’un compte ayant une certaine popularité ou s’étant construit une image de confiance (apparente) suffisante.

Le compte créé pour l’occasion

Les comptes créés spécialement pour diffuser des fake news ont souvent des caractéristiques communes :

  • Compte récent (car les comptes douteux finissent heureusement souvent par être supprimés) ;
  • L’activité est surtout du relais d’information, et peu de création par lui-même ;
  • Beaucoup de mentions de type j’aime, ce qui s’achète facilement ;
  • En général peu d’abonnés, ou des abonnés de profil douteux (mais c’est difficile à contrôler).

Le compte original (par compromission)

La compromission d’un compte légitime est aussi possible, via phishing ou grâce aux questions secrètes encore beaucoup trop utilisées. Quoi de mieux que l’original pour diffuser une info bidon ?

La contrepartie est la limitation dans le temps : souvent surveillés, ils finissent par être redonnés à leurs propriétaires.

Double switch

Plus subtil, cette technique consiste à compromettre n’importe quel compte ayant un bon niveau de confiance. Sur Twitter, l’attaquant change ensuite le nom du compte pour celui qu’il veut (Donal__Trump par exemple), ce qui libère l’ancien… qu’il peut ensuite reprendre puisqu’il vient lui-même de le libérer !

Ainsi il dispose d’un compte ayant de nombreux followers, avec une identité qu’il a choisie (le compte original), et un autre compte (sans réputation ni followers) mais avec le nom du compte original ! Pas mal avec une seule compromission, non ?

Autres voies (voix)

Tout s’achète, y compris certains comptes de réseaux sociaux (avec leur public de followers). Et les blogs ou autres forums peuvent aussi encore servir, tout comme les commentaires (issus de robots ou pas).

Propagation

Une fois diffusé, le mécanisme continue : il faut toucher le public le plus large possible, et les réseaux sociaux font merveilles dans le domaine (et encore plus s’ils sont aidés par des robots).

Comment on lutte

Comme on peut, surtout que les mesures préconisées sont souvent contradictoires avec la liberté d’expression ou la neutralité du net.